Chevrolet Malibu LT RedLine 2018

Il est de plus en plus difficile pour une berline intermédiaire comme la Chevrolet Malibu de se tailler une place de choix dans une catégorie occupée par les Accord, Camry, Altima et Sonata de ce monde. (Photo : Chevrolet)

Rapport qualité/prix intéressant

 

Dans un monde où les camionnettes et les VUS dominent outrageusement le marché nord-américain avec une part de près de 72 %, il est de plus en plus difficile pour une berline intermédiaire comme la Chevrolet Malibu de se tailler une place de choix dans une catégorie occupée par les Accord, Camry, Altima et Sonata de ce monde. Pourtant, la Chevrolet Malibu LT RedLine 2018 est une voiture intéressante qui propose un rapport qualité/prix plus que favorable.

Carrosserie

En termes de design, les dernières générations de la Malibu nous avaient habitués à des modèles plutôt ordinaires, plus ou moins achevés, que les consommateurs achetaient principalement pour leur prix alléchant et leur fiabilité reconnue. Honnêtement, je dois avouer que le modèle 2018, dans sa version LT RedLine, affiche des lignes superbes et sportives qui pourraient plaire à une clientèle un peu plus jeune. L’utilisation du rouge dans certains éléments de la carrosserie confère à cette voiture un caractère particulier, notamment, du côté des jantes de 17 pouces.

Honnêtement, je dois avouer que le modèle 2018, dans sa version LT RedLine, affiche des lignes superbes et sportives qui pourraient plaire à une clientèle un peu plus jeune. L’utilisation du rouge dans certains éléments de la carrosserie confère à cette voiture un caractère particulier. (Photo : Chevrolet)

Habitacle et équipement

Quand on s’arrête à la facture de l’habitacle de la Malibu RedLine, on a l’impression que Chevrolet a manqué de souffle ou d’inspiration. J’aurais apprécié découvrir une touche plus sportive et un rappel un peu plus évident de l’utilisation du rouge que le fabricant a fait sur la carrosserie de sa berline RedLine. Les plastiques durs sont également très présents dans l’habitacle. C’est un peu décevant ! On a droit à des accessoires standard comme le climatiseur, le télédéverrouillage, le régulateur de vitesses et des prises de courant à 120 volts. Par contre, côté technique, on a droit à un système d’infodivertissement passablement convivial.

J’aurais apprécié découvrir une touche plus sportive et un rappel un peu plus évident de l’utilisation du rouge que le fabricant a fait sur la carrosserie de sa berline RedLine. Les plastiques durs sont également très présents dans l’habitacle. C’est un peu décevant ! (Photo : Chevrolet)

Les sièges sont en tissu, mais, malheureusement, ne sont pas chauffants. Chevrolet a, encore là, raté le bateau. Certaines sous-compactes beaucoup moins chères les offrent de série, même à l’arrière. N’oubliez pas, Chevrolet : « Mon pays, ce n’est pas mon pays, c’est l’hiver ! » Par contre, il est réglable électriquement du côté conducteur. Une bonne note, cependant : l’habitacle est vaste, de même que le coffre, à 462 litres.

Mécanique

En matière de mécanique, Chevrolet vous propose un 4-cylindres turbocompressé de 1,5 litre qui développe une puissance un peu juste de 160 chevaux. C’est peu pour une voiture qui se donne des airs de berline sportive. À pleine accélération, cette mécanique fera remarquer sa présence par une sonorité excessive. Par contre, la mécanique est relativement silencieuse à vitesse de croisière et consomme très peu. Dans les faits, on peut s’attendre à une consommation moyenne de carburant avoisinant les 7,5 litres aux 100 kilomètres. Pour ce qui est de la boîte de vitesses de cette Malibu RedLine, Chevrolet a opté pour une automatique à 6 rapports qui travaille très bien.

Pour ceux et celles que ça intéresse, Chevrolet vous propose d’autres modèles qui utilisent des mécaniques à 4 cylindres beaucoup mieux adaptées au gabarit de la voiture : on pourrait notamment citer le 2,5-litres atmosphérique de 197 chevaux et le 2-litres turbocompressé de 250 chevaux. Et pour les amateurs de voitures vertes, il y a le modèle hybride qui utilise un 4-cylindres de 1,8 litre combiné à un moteur électrique dont la puissance totalise 182 chevaux.

En matière de mécanique, Chevrolet vous propose un 4-cylindres turbocompressé de 1,5 litre qui développe une puissance un peu juste de 160 chevaux. C’est peu pour une voiture qui se donne des airs de berline sportive. (Photo : Chevrolet)

Comportement

Il est dommage que Chevrolet n’ait pas conféré un tempérament plus sportif à sa Malibu RedLine, car le châssis est très rigide, et la voiture réagit bien dans les virages serrés. En matière de conduite, je dois bien l’avouer, la direction était assez précise, et le véhicule, plutôt agréable à conduire. Son seul défaut, le manque de puissance.

Conclusion

La Chevrolet Malibu RedLine LT 2018 n’est pas un mauvais achat. Elle est fort jolie, elle est spacieuse, elle est bien construite et elle affiche une consommation de carburant qui se rapproche plus de celle d’une sous-compacte que d’une intermédiaire. Elle a ses petits défauts, c’est vrai, mais elle vous rendra de précieux services si vous acceptez de ne pas trop la pousser à l’accélération. Sa grande qualité dans un monde où les intermédiaires se rapprochent de plus en plus des 40 000 $, c’est son prix qui se situe encore sous les 30 000 $ et qui en fait un rapport qualité/prix remarquable.

 

Les fleurs

  • Habitacle spacieux
  • Prix
  • Direction précise
  • Châssis rigide
  • Consommation de carburant très basse

Le pot

  • Manque de sportivité
  • Puissance un peu juste
  • Pas de sièges chauffants

 

A propos de Richard Roch 39 Articles
Après des études classiques au Collège Ste-Marie, à Montréal, Richard a été embauché par Hydro-Québec en 1968 où il a œuvré en communications jusqu’à son départ, en 1997. Il travaille maintenant comme pigiste en rédaction, en révision et en traduction pour diverses entreprises dans des domaines variés ainsi que comme journaliste et chroniqueur automobile. Il se spécialise surtout dans les technologies et les véhicules verts.