Volvo XC60 T6 R-Design 2018

Je sais que c’est très subjectif, mais, à mon avis, le Volvo XC60 T6 R-Design 2018 est l’un des plus beaux véhicules utilitaires sur le marché. (Photo : Richard Roch)

Chez Volvo, on fait dans le confort !

Moi qui ai un penchant avoué pour les berlines, j’ai bien apprécié ma semaine passée au volant du VUS intermédiaire Volvo XC60 T6 R-Design 2018. Plus long de quelque 9 centimètres que son prédécesseur, le XC60 affiche également un prix plus élevé qui frôle allègrement les 70 000 $ si vous vous laissez un tant soit peu aller dans les ensembles d’options que vous propose Volvo. Cependant, vous pourrez vous le procurer en version de base pour la modique sonne de 46 350 $. Il est fort joli, bien équipé, dispose de toute la puissance requise. Difficile de ne pas aimer ! Et l’AJAC l’a nommé VUS intermédiaire de l’année, alors…

Moi qui ai un penchant avoué pour les berlines, j’ai bien apprécié ma semaine passée au volant du VUS intermédiaire Volvo XC60 T6 R-Design 2018. (Photo : Richard Roch)

Carrosserie

Je sais que c’est très subjectif, mais, à mon avis, le Volvo XC60 T6 R-Design 2018 est l’un des plus beaux véhicules utilitaires sur le marché. Ses lignes revues et corrigées, ses jantes en alliage de 19 pouces, sa carrosserie de couleur bleue et ses phares à diodes électroluminescentes qui flanquent une calandre proéminente tout à fait nouvelle, un échappement double rectangulaire, voilà des éléments qui en font un véhicule qu’on remarque sur la route. On voit tout de suite l’affiliation avec le vaisseau-amiral de la gamme, le XC90. Et il en est de même à l’intérieur !

Habitacle et équipement

Ce qui frappe quand on s’installe derrière le volant du Volvo XC60, comme dans n’importe quel véhicule Volvo, d’ailleurs, c’est le gros écran central tactile. Contrairement à ce que j’ai trouvé dans une V60 Polestar 2017, le système d’infodivertissement est d’une simplicité désarmante à utiliser. En matière de finition, partout dans l’habitacle, on trouve des matériaux et du cuir de première qualité. C’est chic et de bon goût. Il en est de même de la technologie. C’est relevé et ça concorde tout à fait avec le prix du véhicule. Les sièges, que ce soit à l’avant ou à l’arrière, sont d’un confort royal. À l’avant, ceux et celles qui ont un tant soit peu les jambes et les cuisses longues pourront profiter d’une assise réglable en longueur. Un petit détail qui vient changer la donne quand vient le temps de parler confort.

En matière de finition, partout dans l’habitacle, on trouve des matériaux et du cuir de première qualité. C’est chic et de bon goût. (Photo : Richard Roch)

En matière d’équipement, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin dans un véhicule utilitaire : système d’infodivertissement et chaîne audio Bowers & Wilkins, volant chauffant, sièges chauffants, démarreur sans clé dans la console centrale, éclairage d’appoint mettant les lignes de l’habitacle en valeur, Apple CarPlay et Android Auto, deux positions de mémoire pour le siège du conducteur et les rétroviseurs latéraux ainsi qu’une foule d’autres caractéristiques de sécurité que vous découvrirez en visitant le site web du fabricant, soit https://www.volvocars.com/fr-ca/build/vus/xc60/r-design.

En matière d’équipement, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin dans un véhicule utilitaire, dont un système d’infodivertissement et une chaîne audio Bowers & Wilkins (Photo : Richard Roch)

Mécanique

Le Volvo XC60 T6 R-Design 2018 reçoit une mécanique à 4 cylindres de 2 litres à injection directe de carburant gavée par un turbocompresseur et un compresseur volumétrique qui développe une puissance de 316 chevaux et produit un couple de 295 livres-pieds. Pour contrôler cette puissance et ce couple généreux, Volvo a jumelé son 4-cylindres à une boîte de vitesses automatique à 8 rapports qui fonctionne vraiment très bien et qui vous propose des leviers de sélection au volant. Et il va de soi que le véhicule est doté d’une transmission intégrale qui vous permettra de passer l’hiver sans encombre. Si j’avais un bémol à mettre sur la partie mécanique du XC60, ce serait un léger manque d’isolation entre l’habitacle et le compartiment moteur. À forte accélération, les bruits du moteur et du compresseur sont passablement présents dans l’habitacle, surtout à froid.

En matière de consommation de carburant, attendez-vous à ce que ça oscille entre 8,7 et 11,4 litres aux 100 kilomètres. C’est relativement bas considérant le poids du véhicule qui est toutefois doté de la fonction d’arrêt/démarrage.

Comportement

En matière de conduite, le Volvo XC60 T6 R-Design 2018 affiche une suspension réglable qu’on a avantage à laisser sur le mode CONFORT, particulièrement sur les belles routes du Québec. C’est peut-être un peu ferme ! En termes de tenue de route, le roulis est minimal, et le véhicule peut être conduit de façon très sportive. À vitesse de croisière, le XC60 est des plus silencieux et vous permettra de rouler sans tracas grâce à son régulateur de vitesse adaptatif. Grosso modo, ça se conduit comme une berline de luxe.

Conclusion

Personnellement, j’ai aimé le Volvo XC60 T6 R-Design 2018. Il est confortable à souhait, performant et très bien équipé. De plus, comme tous les autres produits du fabricant sino-suédois, il comporte une quantité impressionnante de caractéristiques de sécurité qui en font un véhicule idéal pour une petite famille, dont la transmission intégrale. Notre véhicule d’essai affichait un prix de 68 000 $, mais vous pouvez vous offrir un modèle de base pour la modique somme de 46 000 $. Un bémol cependant sur l’isolation entre le compartiment moteur et l’habitacle.

 

Les fleurs

  • Confort et raffinement
  • Équipement complet
  • Comportement
  • Habitacle très bien ficelé
  • Chaîne audio de très bonne qualité
  • Transmission intégrale
  • Caractéristiques de sécurité nombreuses

 

Le pot

  • Suspension un peu ferme
  • Consommation légèrement élevée
  • Carburant super sans plomb recommandé

 

A propos de Richard Roch 30 Articles
Après des études classiques au Collège Ste-Marie, à Montréal, Richard a été embauché par Hydro-Québec en 1968 où il a œuvré en communications jusqu’à son départ, en 1997. Il travaille maintenant comme pigiste en rédaction, en révision et en traduction pour diverses entreprises dans des domaines variés ainsi que comme journaliste et chroniqueur automobile. Il se spécialise surtout dans les technologies et les véhicules verts.