La Honda Civic Type R 2017

Les lignes de la voiture ne font pas l’unanimité; c’est carré, un peu à l’américaine. On aime ou on n’aime pas. Personnellement, j’aime bien. (Photo : Richard Roch)(Remerciements aux Jardins Provost de Varennes où j'ai pris la photo)

Une machine à contraventions

Tout le monde connaît la Honda Civic, cette petite voiture japonaise économique qui a vu le jour en 1972 et qui en est maintenant à sa 10e génération. Par contre, ceux qui connaissent la Civic Si, la petite Civic de performance dont le 4-cylindres développe une puissance de 205 chevaux, sont moins nombreux. Que dire maintenant de la Civic Type R et de son moteur à 4 cylindres de 306 chevaux ? Les personnes à qui j’ai dit que je conduisais une Civic Type R se sont toutes exclamées : « Une Civic Comment ? »

 

Habitacle et équipement

La Honda Civic Type R est tout simplement époustouflante à tous points de vue. D’abord, les sièges rouge écarlate portant le logo Type R tranchent avec le gris de l’habitacle et avec la peinture blanche de la voiture. Ils sont admirablement sculptés et offrent un maintien digne des sièges d’une voiture de course. Et ils sont étonnamment confortables, fermes mais confortables. Comme les sièges, le volant comporte des accents de rouge, comme on en retrouve dans le tableau de bord, les ceintures de sécurité, les freins Brembo de la voiture, les jupes de bas de caisse, le logo du fabricant, l’aileron avant. Il est relativement gros et gainé de cuir, et sa prise en mains est très solide et sûre.

Les sièges rouge écarlate portant le logo Type R tranchent avec le gris de l’habitacle et avec la peinture blanche de la voiture. Ils sont admirablement sculptés et offrent un maintien digne des sièges d’une voiture de course. (Photo : Richard Roch)
(Photo : Richard Roch)

La chaîne audio est d’excellente qualité, et la voiture est suffisamment silencieuse pour pouvoir en profiter, sauf à pleine accélération. Ne vous attendez pas, par contre, rigidité et sécurité obligent, à trouver un toit ouvrant dans la voiture. À l’arrière, vous disposez de deux places seulement; l’espace est compté, mais ça reste confortable. Pour ce qui est de la technologie, tout y est.

 

Carrosserie

Les lignes de la voiture ne font pas l’unanimité; c’est carré, un peu à l’américaine. La Type R se distingue physiquement de la Civic par son allure dynamique, son aileron arrière, ses évents latéraux fonctionnels, ses gros pneus Continental 240/30ZR-20 montés sur des jantes noir lustré en aluminium, son échappement triple au centre du pare-chocs et ses jupes de bas de caisse. On aime ou on n’aime pas. Personnellement, j’aime bien. Quand on se pointe quelque part, on voit tout se suite que la voiture attire le regard. Notez bien également que le coffre propose suffisamment d’espace pour vos bagages.

La Type R se distingue physiquement de la Civic par son allure dynamique, son aileron arrière, ses évents latéraux fonctionnels, ses gros pneus Continental 240/30ZR-20 montés sur des jantes noir lustré en aluminium, son échappement triple au centre du pare-chocs et ses jupes de bas de caisse. (Photo : Richard Roch)(Remerciements aux Jardins Provost où j’ai pris la photo de la voiture)
La mécanique est jumelée à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports tout à fait remarquable; le levier de vitesses est très court et est surmonté d’une simple boule en aluminium qui tient très bien dans la main. (Photo : Richard Roch)
(Photo : Richard Roch)

Mécanique

Ce qui fait que la Civic Type R se distingue des autres modèles de la gamme, c’est ce qu’on trouve sous le capot. En effet, le moteur est un 4-cylindres en ligne turbocompressé de 2 litres qui développe une puissance absolument démoniaque de 306 chevaux et qui produit un couple de 295 livres-pieds. Cette mécanique est jumelée à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports tout à fait remarquable; le levier de vitesses est très court et est surmonté d’une simple boule en aluminium qui tient très bien dans la main. Et que dire de la sonorité du moteur à pleine accélération ! Jouissif ! Et, même s’il s’agit d’une traction, la Type R profite d’un antipatinage efficace et d’un système qui élimine quasi complètement l’effet de couple. Ainsi motorisée, cette voiture peut vous amener à 100 km/h en moins de 5 secondes et vous permettra de boucler le quart-de-mille en moins de 14 secondes.

Le moteur de la Type R est un 4-cylindres en ligne turbocompressé de 2 litres qui développe une puissance absolument démoniaque de 306 chevaux et qui produit un couple de 295 livres-pieds. (Photo : Richard Roch)

Comportement

La voiture est carrément neutre partout. Aucun roulis, tenue de route exceptionnelle; une vraie ventouse ! Au cours de ma semaine d’essai, je n’ai pas réussi, je n’en ai pas eu l’occasion non plus, d’atteindre les limites de la voiture. Et, même là, j’ai frôlé la contravention à plus d’une reprise. Elle reste confortable et conviviale au quotidien, et ce, même si vous utilisez le mode R (Racing). Et, sur la route à vitesse normale, elle reste relativement silencieuse. En ce qui a trait à la consommation de carburant, du super en passant, si vous êtes raisonnable, votre moyenne pourrait s’établir à 10 litres aux 100 kilomètres.

 

Conclusion

La Honda Civic Type R 2017 est une voiture que tous les jeunes voudraient se permettre. Cependant, à 41 000 $ plus taxes, ce véhicule ne s’adresse pas vraiment à la clientèle visée. C’est un bolide remarquable et très agréable à conduire. À la fin de ma semaine d’essai, je dois avouer que je l’ai ramenée chez Honda à contrecœur. Si jamais vous vous en procurez une, allez-y mollo, sinon vous aurez besoin d’un budget pour payer vos contraventions.

 

Les fleurs

  • Le moteur
  • La boîte de vitesses
  • Les sièges
  • L’habitacle
  • Le comportement sur la route

 

Le pot

  • Carburant super requis
  • Lignes de la carrosserie discutables

 

A propos de Richard Roch 30 Articles
Après des études classiques au Collège Ste-Marie, à Montréal, Richard a été embauché par Hydro-Québec en 1968 où il a œuvré en communications jusqu’à son départ, en 1997. Il travaille maintenant comme pigiste en rédaction, en révision et en traduction pour diverses entreprises dans des domaines variés ainsi que comme journaliste et chroniqueur automobile. Il se spécialise surtout dans les technologies et les véhicules verts.